La clinique Belharra (Bayonne, Sud-Ouest), sous l’égide de la CCI de Bayonne et l’impulsion de référents de l’établissement comme Maïalen Gélizé, a pris part au projet SUDOE 4.0. Avec cette expérimentation, les objectifs sont multiples : améliorer les politiques d’efficacité énergétique dans les bâtiments publics, contribuer à réduire l’empreinte carbone et maximiser la performance énergétique en pratiquant notamment l’autoproduction d’énergie. Épaulé par des ingénieurs et des spécialistes en énergie durable, l’établissement a démarré son expérimentation il y a un an et demi. Durant trente mois, les indicateurs relatifs à sa consommation d’énergie, en lien avec le climat local extérieur, seront analysés pour lui permettre, à terme, d’augmenter significativement sa part d’auto production énergétique.

LA CLINIQUE BELHARRA : PREMIÈRE DU GROUPE RAMSAY SANTÉ

Des établissements de santé implantés en Espagne, au Portugal et en France ont accepté de devenir pionniers en participant au projet SUDOE 4.0. « Avec Maxime Courade, adjoint de direction à la clinique, nous travaillons en étroite collaboration avec l’ESTIA de Bidart ainsi que des ingénieurs de NOBATEK/INEF4, explique Cédric Castaing, responsable des services techniques de Belharra. Chaque établissement a des objectifs phares autour de SUDOE 4.0. Concernant notre clinique, il s’agit d’étudier dans quelles mesures nous pouvons autoproduire une grande partie notre énergie. »

Ce programme, a été cofinancé à hauteur de 1,55 million d’euros par Interreg SUDOE via le Fonds européen de développement régional. Réaliser cette expérimentation conjointe va également permettre de partager une expertise entre les trois pays en matière de développement durable et énergétique.

This image has an empty alt attribute; its file name is Diseño-sin-título-4-1.jpg
Durant trente mois, les indicateurs relatifs à sa consommation d’énergie, en lien avec le climat local extérieur, seront analysés pour lui permettre, à terme, d’augmenter significativement sa part d’auto production énergétique

APRÈS L’EXPÉRIMENTATION, LA PHASE DE TEST

Aujourd’hui, la clinique est en plein diagnostic. « Pour parvenir à notre objectif, il faut d’abord passer par des étapes d’observation, raconte le responsable. La clinique est équipée d’un système de gestion technique centralisé sur lequel tous nos équipements sont reliés. Cela permet notamment de récupérer plus facilement des informations sur les compteurs. » Parallèlement, la société Nobatek recrée une clinique Belharra « virtuelle » pour analyser de manière approfondie la consommation globale d’énergie des bâtiments. « Ces analyses vont aussi s’adapter d’un bâtiment à l’autre afin de déterminer quelle est la meilleure source d’énergie (éolien, solaire…) pour chaque immeuble de la clinique. »

L’objectif à terme est de généraliser ces outils d’analyse dans les autres établissements du groupe afin de pouvoir visualiser et gérer plus facilement la consommation d’un hôpital. « Parallèlement à cette volonté de réduire notre impact environnemental et créer notre propre énergie, nous veillons à ce que les conditions de travail et d’accueil des patients restent de qualité avec un confort optimal. Des enquêtes de satisfaction sont mises en place durant toute la phase de développement du projet et le seront également après », conclut Cédric Castaing. Le projet SUDOE 4.0 devrait être opérationnel à l’horizon mars 2022.

Aller à la barre d’outils